Meilleurs "Veux"

Est-ce que tu veux vraiment ce que tu veux ?

Quelle drôle de question !

Ben bien sûr que oui, bien sûr que je veux ce que je veux. Ça parait évident, non ?

Dans le Travail de Byron Katie, on se pose souvent cette question. Elle revient sur toutes les feuilles de Travail « Jugez votre prochain »*. Par exemple : on note la pensée « Je veux que mon fils m’obéisse » et on se pose la question : « Est-ce vrai ? Est-ce vrai que je veux qu’il m’obéisse ? »

Mais, pourquoi se la poser, cette question ? Il doit bien y avoir une raison à ça, non ?

À vrai dire, derrière chaque moment de stress, il y a un « je veux... ». Et on est persuadé qu’on sera heureux une fois qu’on aura obtenu ce qu’on veut.

Ca revient sur toutes les feuilles de Travail "Jugez votre prochain"

Que notre bonheur en dépend.

Or, ça fait mal de vouloir ce que l’on n’a pas, ce que l’on ne peut pas avoir, ou pas tout de suite, en tout cas... et peut-être même jamais.

Alors, pourquoi est-on soumis à tout ce stress ? Pourquoi les gens, la Vie, Dieu ne nous donnent pas systématiquement ce qu’on veut ? Ce serait vraiment plus sympa et la vie serait tellement plus belle !

Examinons cela d'un peu plus près grâce au scénario qui suit.

Romain, un enfant de trois ans réclame une glace avant le repas. Sa mère lui répond : « Non mon chéri. Je t’en donnerai une en dessert mais pas maintenant ».

On peut aisément concevoir que cette maman veut le bien de son fils.

Pour autant, notre bambin n’obtient pas ce qu’il veut.

Comment réagit-il ? 

3ème question du Travail de Byron Katie - Comment réagit-il ?

Il insiste, il plaide, il pleure, il se roule par terre, il crie « Tu es méchante, je t’aime pas ! » et peut-être qu’il essaye même de la frapper.

Mais maman ne cède pas. Elle ne lui donne pas ce qu’il veut...

En apparence....

On pourrait se demander, « comment se fait-il que ces deux personnes ne veuillent pas la même chose alors que toutes deux veulent que l’enfant soit heureux? » 

....et, voilà la clé.

Une différence de point de vue.

La maman de Romain s’y connaît un peu en nutrition.

Le Travail de Byron Katie sert à cultiver le discernement

Elle a déjà eu affaire à des enfants qui ne s’alimentent pas correctement lorsqu’ils grignotent des friandises entre les repas.

Elle est au courant de ce qui se passe lorsqu’on est accro au sucre.

Elle sait aussi que céder a tous les caprices d’un enfant ne donne rien de bon, ni pour lui ni pour son entourage.

Bref, elle bénéficie d’informations qui lui confèrent un certain recul sur la situation.

Notre gamin, lui, du haut de ses 3 ans n’a pas toutes les cartes en main pour penser ou agir autrement. Son jugement est nécessairement expéditif.« Je veux et c’est tout ».

Il lui manque des infos, du vécu et le recul qui lui permettraient d’arriver aux mêmes conclusions que sa mère.

Il est probable que Romain, une fois qu’il aura grandi, sera reconnaissant envers sa mère de ne pas avoir cédé à toutes ses demandes d’aliments sucrés. Et une trentaine d’années plus tard, face à son propre enfant, il y a fort à parier qu’il adoptera à son tour la même attitude.

Cultiver le discernement : c'est à ça que sert le Travail de Byron Katie. 

Si cela t’intéresse aussi, alors rendez-vous dans Vivre le Travail de Byron Katie : Un programme complet qui te permet de te plonger dans le Travail et cultiver toi aussi ton discernement. 

Moi aussi je veux tout plein de choses que je n'ai pas.

Les "Je veux" de la Feuille de Travail de Byron Katie

Elle est longue, très longue la liste de ce que je veux... elle s’allonge de jour en jour : 

Je veux qu’untel m’écoute,

je veux qu’une telle me parle plus,

je veux que telle autre personne soit plus tolérante,

Je veux que le gouvernement soit plus digne de confiance,

je veux que la planète soit moins polluée,

je veux que les gens soient plus honnêtes,

je veux que ma santé s’améliore,

je veux qu’il fasse beau,

je veux plus de sous,

je veux, je veux....

Mais pourquoi ? Pourquoi est-ce que je veux tout ça ? 

Si tu te penches un peu sur cette question, tu arriveras peut-être à la constatation que tous tes « je veux » pointent tous dans la même direction, à savoir : Que tu puisses enfin te sentir bien, en sécurité, que tu sois plus à l’aise, que tu aies plus de plaisir.

Plus de sérénité, sécurité, confiance grâce au Travail de Byron Katie

Ces demandes ou ces exigences paraissent totalement légitimes, n’est-ce pas ? Il est tellement normal de vouloir que les gens, les choses et le monde changent. Et que je change aussi, d’ailleurs, par la même occasion, et que je me sente bien dans un monde qui me convient.

Sans tous ces « je veux », on a l’impression qu’on ne fera jamais avancer les choses, en ce bas monde.

Cependant, force est de remarquer que rabâcher cette litanie d’exigences ne fonctionne pas. La vie, bien souvent, semble se ficher totalement de nos demandes, nos ordres et nos supplications. Elle fait la sourde oreille. Elle fait ce qu’elle veut.

Elle continue son petit bonhomme de chemin et ce n’est pas toujours celui qu’on lui a demandé de prendre.

En fait, lorsqu’on veut quelque chose que l’on n’obtient pas, on est bien souvent dans cette posture de l’enfant qui veut, un point c’est tout. Il croit savoir mieux que quiconque ce qui est bon pour lui.

On est aux prises avec une frustration intérieure avec soi, les autres et la Vie.

Et si c'était bien ainsi ?

Et si la Vie ne nous donnait pas ce que l’on veut par bienveillance ?

C’est ce qui se révèle progressivement, au fur et à mesure qu’on pratique le Travail de Byron Katie.

Pour ma part, j’ai passé en revue tout ce que je pensais ne pas vouloir qu’il me soit arrivé dans la vie. Sur le coup, j’étais dans un rejet total et je me sentais comme une victime impuissante de cette existence qui s'est souvent avérée tumultueuse.

Cela m’a pris bien des feuilles de Travail pour arriver à cultiver assez de recul et de discernement pour voir que maintenant, je ne changerai absolument rien à mon passé.

Je suis même reconnaissante que les choses se soient passées ainsi.

C’est maintenant chez moi comme un réflexe, quand je n’obtiens pas ce que je veux d’aller voir en quoi ce qui se passe m’est bénéfique.

Je finis par conclure que l’Univers me veut du bien..

Et qu’il sait ce qu’il fait.

Mieux que moi.

Byron Katie
Byron Katie

Byron Katie nous partage : "quand j’ai l’esprit clair, ce que j’ai correspond précisément à ce que je veux ». 



Quand on commence à vouloir ce qui est, la confiance s’installe.... on peut même se surprendre a aimer ce qui est. 

Alors, ça veut dire qu’il ne faut plus rien vouloir ?

Là n’est pas la question, et de toute manière, c’est impossible.

Vouloir ne rien vouloir, eh bien, c’est vouloir ! C’est donc un de ces fameux serpents qui se mord la queue...

Ceci dit, pratiquer le Travail de Byron Katie m’amène à un drôle d’état de "vouloir sans vouloir".

Oui, je veux cette glace, mais je suis libérée du stress de l’obtenir à tout prix, il n’y a plus d’enjeu, et donc plus de peur de ne pas l’obtenir. Tous les bénéfices de ne pas l’avoir se révèlent en moi un par un. Je deviens tout simplement curieuse de voir si mon souhait va se manifester ou pas.

Oui, je veux que mon gamin se calme. Je le veux pour lui et pour moi et je comprends que ce n’est pas ce qui est accessible à cet instant-là. Voir cela a un effet apaisant sur moi. J’obtiens le calme que je voulais sans que lui ait besoin de changer.

Oui, je veux obtenir cet emploi que je convoite depuis des mois et je peux tout de même me réjouir qu’un autre obtienne la place, quelqu’un qui en avait plus besoin que moi selon la Vie. Je ressens sa générosité au travers de cette expérience.

Oui, je veux que mes projets se matérialisent et aient du succès et je m’y investis de tout mon coeur mais avec un certain détachement d’obtenir le résultat escompté. Et parfois je constate avec surprise que j’adore ce que la vie m’a donné à la place.

De plus en plus de confiance en la vie grâce au Travail de Byron Katie

Sans ma liste interminable de « je veux… », je fais confiance à la Vie, à la manière dont je suis vécue, je me laisse porter.

J’élargis ma vision, je prends en ligne de compte des facteurs qui m’avaient échappé du fait de ma réaction réflexe initiale de rejet ou de déception.

En fait, vouloir ce que l’on n’a pas et que l’on ne peut pas avoir est tout aussi douloureux que de ne pas vouloir ce qui est. Qu’on soit dans la quête ou dans le rejet, on est en désaccord avec la réalité.

C’est elle qui gagne à tous les coups dans cette drôle de lutte inégale ou je me bats contre un adversaire imaginaire.

Vouloir n’est ni bien ni mal. C’est simplement fascinant.

Sans "vouloir" comme moteur, est-ce qu’on agit quand même ?

Étrangement, oui.

Se laisser porter par la vie comme l'écureuil

Je guette l’écureuil qui vit dans mon jardin. Il s’affaire en préparation de l’hiver. Il ramasse des graines par ci et des glands par là. Cela fait des mois que j’observe son manège. Quelle détermination ! En voilà de l’action ! Pourtant, je doute fort qu’il ait la tête remplie de pensées du genre « Je veux plus de noisettes, je veux qu’il ne fasse pas trop froid cet hiver, je veux avoir assez de réserves pour tenir jusqu’au printemps".

Cependant, il agit, mu par une volonté d’un autre ordre.

Je constate qu’il en est de même pour moi, même si je me raconte l’histoire selon laquelle c’est grâce à ma volonté, mes efforts et ma détermination que j’ai atteint mon but.

J’exprime des envies et je pose des objectifs et je constate qu’il y a un mouvement en moi vers cela. Et, je pose des actes avec plus d’aisance et moins de prises de tête. Les décisions se prennent toutes seules, avec fluidité.

Cela ne veut pas dire pour autant que mes voeux vont se réaliser.

Et c’est bien ainsi.

Je suis la vie qui se vit comme ça dans l’instant.

Je te souhaite de "meilleurs voeux" 😉

Margot 🌻


* La feuille de Travail "Jugez votre prochain" est une sorte de formulaire dans lequel on recueille nos pensées stressantes avant de les remettre en question. Tu trouveras un exemplaire de ce document dans la partie Ressources et la méthodologie pour l'utiliser dans le cours gratuit en vidéo "La Boussole". 

Catégories: Analyse